Allergiques :Cri de détresse

REPUBLICATION DE L'ARTICLE POUR SON IMPORTANCE

Lettre aux élus locaux de la commune de Tablat :

Cri de détresse des allergiques au pollen du troène

Si pour certains la saison du printemps est synonyme d'un retour du beau temps, pour d’autres ,le fait seulement d’y penser signifie le rappel du retour d’un véritable calvaire périodique.

Chaque année, à la même époque(Mai et juin),le pollen du troène, extrêmement allergisant,vient pourrir la qualité de la vie des habitants de la ville de Tablat et plus particulièrement des allergiques.En effet, cet arbuste qui sert en haie,nos élus locaux l’utilisent comme plante d’ornement et d’alignement.A l’échelle de notre ville ,il se retrouve en quantité très importante.Bien que des villes, à l’image de Tablat, aient opté pour la destruction massive de cette espèce qui représente un risque pour la santé publique,nos élus continuent à la reboiser !

Le troène, source de désagréments pour les citadins de Tablat

L’allergie au pollen du troène entraîne conjonctive,rhinite et même parfois asthme.Si le printemps est, en temps normal,une période déjà difficile pour les allergiques, ça se complique un peu plus lorsque le soleil darde ses rayons sur les troènes de la ville.Les grains de pollen du troène resteront d’autant plus longtemps dans l’atmosphère et parcourront de plus grandes distances parce qu’ils sont petits et légers.Quand il ya de la chaleur et de l’humidité, les pics de pollen deviennent beaucoup plus supérieurs au maximum quotidien supportable.Pour les allergiques, le pollen , le soleil et l’humidité représentent un « cocktail explosif » : ils toussent, éternuent, se plaignent de la gorge,ont des yeux rouges qui piquent,un souffle qui diminue et des sifflements bronchiques.A noter que cinq grains de pollen par m3 d’air suffisent à déclencher une réaction pour 15% de la population.

     

Troène dans la rue de la Palestine              Troène à proximité de la mosquée

     (Tablat )                                                                      Amr Ibn El Khatab (Tablat)

                                                    T

 

Traitement environnemental de l’allergie au pollen du troène 

L’allergie au pollen est une maladie environnementale, c'est-à-dire qu’elle est liée à l’environnement de l’allergique donc elle doit être traitée d’une manière qui prend en compte cet environnement qui est le seul moyen de faire de la prévention.

a) La conception des plantations urbaines est un élément central de la problématique de l’allergie pollinique en ville.C’est pourquoi on doit associer les citadins pour engager une réflexion ,mettre en accord les objectifs de la végétalisation de la ville et la question des allergies au pollen.

b) L’allergie est un problème de santé publique qui touche une partie importante de la population : les responsables de la commune sont appelés à s’occuper davantage des allergies ce qui permettrait de créer des espaces urbains pour tous et améliorer la qualité de la vie des habitants.

c) L’instauration de la diversité des aménagements paysagers permet également de diminuer la concentration du pollen d’une même espèce dans un même espace.

Faut-il couper les arbres les plus allergisants ?

Les propositions des allergiques est non pas d’arrêter de planter les espèces allergisantes, mais d’éviter qu’elles se retrouvent en quantité trop importante à un même endroit.

Pocéder à l’entretien de ces espèces: Il suffit de tailler le troène à l’automne puis en printemps(au mois d’avril)pour réduire considérablement la floraison. Cet arbuste supporte une taille agressive de régénération.

Quelques mesures préventives pour limiter les désagréments :

De façon préventive ou curative, on peut prendre des médicaments adaptés.Mais il est préférable d’éviter le plus souvent possible les zones à risque en restant chez soi, en fermant les carreaux de la voiture quand on circule,couvrir son nez d’un mouchoir quand on marche dans la rue, éviter aussi les efforts dans les zone à risque qui exigeraient une forte respiration ,dès que vous rentrez à la maison, lavez-vous les mains, le visage et même le nez en inspirant de l’eau avant de se moucher.Evitez de sécher votre linge dehors, car le pollen peut s’y déposer et vous déranger alors que vous n’êtes pas encore sorti.

 

Pour conclure, nous lançons cet appel :

a) à nos élus locaux.

Arrêtez,s’il vous plaît, de nous empoisonner l’existence en continuant à planter le troène, cet arbuste au pollen fortement allergisant, dans nos rues et cités. Optez pour d’ autres espèces d’arbustes d’ornement.

Prenez en compte les paramètres mentionnés ci-dessus dans la création d’aménagements paysagers,à l’avenir, en associant la population et plus particulièrement les personnes atteintes d’une allergie pollinique.

b) Aux personnes allergiques.

Rencontrons-nous pour créer une association dans le but de préparer une ou plusieurs actions pour nous faire enfin entendre.

Si vous pensez que nous pouvons nous réunir dans les jours à venir, n’hésitez pas à proposer un lieu et une heure de rendez-vous (comme par exemple dans un café …)

 Lakhdari Abdelkader

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 30/06/2016

الصلاة و السلام عليك يا رسول الله

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site