SOLEIL A MA TERRE

PAR NORDINE TIDAFI (ALLAH YARAHMOU)

SOLEIL A MA TERRE

 

Paix au chemin des lavandières sous l´orgueil noir des pins.

Paix sur le silence tiède des betes au midi de l´abreuvoir.

Paix a l´enfant nomade écrivant ses reves sur les murs.

Paix au pas du mulet,secret dans ses peines,

Paix au plus loin de l´ombre,sur le sel paresseux des chotts.

Paix a la flute acide de Taguine,amoureuse des espaces.

Paix sur les matins de Blida,de jasmin exprimés.

Paix sur les filles de l´été aux cheveux de cannelle.

ILS SONT LES HAUTES CEREALES PROMISES APRES L´ORAGE.

Paix sur les vallées prochaines et les figuiers bleus.

Paix au raisin perdu sous les lenteurs de l´automne.

Paix sur le limon craquelé dans l´été du Chélif.

Paix sur l´orge d´un hiver au pied de l´ane gris.

Paix sur les transhumances,aux feux près du fleuve épuisés.

Paix au fellah distrait par l´odeur des sillons.

Paix au potier taciturne derrière son argile de longtemps.

Paix au marcheur Chergui,ami des forets et de l´oiseau sans nid.

ILS SONT L´INSTANT DE TOUS.

Paix au solitaire sur la grève dérisoire.

Paix aux premières fiancées,attentives au pas.

Paix aux yaouleds des places et des souffrances adultes.

Paix a nos femmes près du puits,a leur ruban de joie.

Paix au docker Bougiote,le dos livré a l´aube.

Paix au mendiant d´hiver,à sa bure froide.

Paix au vagabond sans besace dans le jour arreté.

Paix au fugitif,surpris a l´approche des villes.

ILS SONT L´HERBE NEUVE SOUS LE CIEL ENNEMI.

Paix sur les criques de Collo,au bruit de soie dechirée.

Paix au saisonnier du Sersou jusqu´au soir sur Vialar.

Paix sur Djidjelli,au parfum de liège enteté.

Paix sur l´Ouenza de phosphate subjuguée à coup de tumulte.

Paix sur ma Mitidja frileuse et ses orangers oubliés.

Paix toute musicale sur le cèdre vif de l´Ouarsenis.

Paix sur Chiffalo au gout de sel dans le jour continué.

Paix au travail, à l´amour jusqu´au dernier sommeil.

ILS SONT LA JUSTICE DE MA TERRE A SES PREMIERES SYLLABES.

Paix a Guelma féminine et Tebessa la jalouse.

Paix sur mon Zaccar définitif,cadet immédiat du Djurdjura.

Paix sur Marengo aigue dans la vérité des vendanges.

Paix sur Tlemcen l´insoupconnée,égrenant ses jardins.

Paix sur Mascara la haute,lascive sur ses pairies.

Paix sur Perregaux au prénom de pastèque.

Paix sur Arzew ouverte en bracelet d´épousailles.

Paix sur Mers-El-Kebir étirée en épée de Tolède.

Paix sur Bel-Abbes rentrée de ses tambours sanglants.

ILS SONT LA NUIT FERTILE REDOUTEE AU PLUS LOIN.

 

Paix sur Cap Matifou,de lumière dite,comme un silex oublié.

Paix sur Ghardaia reculée,rauque dans son exil.

Paix sur Cherchell dispersée à l´heure des poudrières.

Paix sur les monts du Dahra,frissons et gloires associés.

Paix sur le galop furieux au détour de Morsott.

Paix sur l´aube sauvage du Guergour vers les caroubiers éclairés.

Paix sur les Bibans hauts de silence et de climats passionnés.

Paix sur les soirs citadins au bord des rancunes d´un jour.

ILS SONT LA VIE DE TOUTES LES VIES.

Paix au courage réuni des tribus du sud.

Paix a l´angoisse reconnue au réveil des fourrés.

Paix au sang national,l´hiver surgi des grottes.

Paix au fusil lisse crevant le ciel du Djorf.

Paix aux nuits pleines d´orties,de cris et de couteaux.

Paix sur les brunes N´Mancha et les Aurès lyriques.

Paix sur le geste général par les vies résume.

Paix sur ma patrie qui monte au milieu des fusils.

ILS SONT LE SERMENT FIXE LE LONG DES LAURIERS-ROSES.

Paix au deuil le plus proche et au-dedans des larmes.

Paix a l´orphelin encore de douleur étonné.

Paix sur le blessé que la mémoire égare.

Paix a l´infirme trop précis,avant la foule reconnu.

Paix a la sentinelle des Attafs,frère rugueux sous l´eucalyptus.

Paix a la fille fragile de Ténès,son fusil sous la pluie.

Paix au franc-tireur,complice de l´aube dans le défile de Tagdent.

Paix au brancardier,de temps et de fraternité jaloux.

ILS SONT LA FIBRE INNOMBRABLE DE MEME ESPOIR VALABLE.

Paix au Douar Kimmel,premier enfant de la Révolution.

Paix au saboteur,près du soir,solitaire en son acte.

Paix au gavroche surgi du bivouac derrière son signal de cailloux.

Paix aux embuscades échevelées a coups de sang prodigue et de terre rouge.

Paix sur Miliana la douce pleurant Ali-la-Pointe et

Maillot rejoints dans la fraternité des sillons.

Paix sur la jeunesse d´Akli,abimée au carrefour du Chenoua.

Paix sur Yveton nommé a l´aube sales des polygones.

Paix sur Mustafa du littoral,emporté dans une odeur de prairie de printemps.

ILS SONT LA MAIN UNANIME SUR LES MAQUIS REUNIS.

Paix sur Alger la bèrbère et du C.R.U.A. secret.

Paix sur mes frères emportés,sang reconstruit,fibre à fibre.

Paix ALGERIENNE,toute de nom surveillé,corolle écarlate et rebelle.

PAIX SUR MON PEUPLE ABSOLU.PAIX-PEUPLE.

ALGERIE de Djamila Bouhired,guitare dechirée au-dedans d´une rose.

Algérie des soirs magiques en Fadhila Drif enchainée.

Algérie de Germaine Guerrab,de Toury,d´Améziane.

Algérie des précieux fils plongés dans tes moles acides.

ILS SONT LE VENT NATIONAL APRES LA DIGNITE DU JOUR.

 

Alger des larmes dans ton port vite contenues.

Alger de la croix et des menottes,des bottes et des paras.

Alger du meme Alger,des haines officielles.

ALGER D´HIER,CAPITALE DU MEPRIS.

Algérie des fusillés face a la mer qui les vit naitre.

Algérie des juges aux yeux rétrécis par la honte.

Algérie des bourreaux jurant de s´éblouir.

ALGERIE DU PLUS DIFFICILE D´ETRE ALGERIEN QUE COLON.

ILS SONT L´INSOMNIE VITALE ALLAITANT LES NUITS ADVERSES.

Algérie des nuits partisanes,écoute les maitrailleuses hostiles de Novembre.

Prépare ta voix pour le tortionnaire,le mouchard,le flic et le traitre.

Frappe et frappe dans ta volonté de frontière.

Mais frappe jusqu´à ta justice de haute écume.

Pour toute l´hypothèque sur les vies,les vieillesses au taudis.

Pour la tribu déracinée,hors du cheval et du code,

pour le fellah vouté,deja griffes contre terre,

pour l´ouvrier sans chemise,converti en rides,

pour l´artisan obscur dans l´angoisse des faubourgs,

pour l´enfant aux cotes pales,d´école et de joie affamé,

pour l´étudiant trainé aux murs des polices racistes,

pour chaque solitude précise,chaque espoir interdit,

pour chaque regard sans voix,chaque patience égarée,

pour chaque larme écoutée,chaque mot retenu,

pour chaque odeur de haine,chaque soif enfoncée,

pour chaque soleil perdu,chaque plaie à peine vieille,

pour chaque réveil anéanti,chaque deuil appelé,

pour chaque insulte bourdonnée,chaque doute étendu,

pour chaque nuit féodale,chaque inexistence assignée,

pour ceux d´Ain-Naga,de Tablat,d´El-Halia,dans le sang enfoncés,

pour les polygones et la morgue,les chambres de tortures,les dachras ratissées.

POUR TOUT L´AIR COLONIALISTE RESPIRE.

POUR LA LIBERTE INSULTEE,

POUR TOUTE LA TERRE VOLEE.

Ecris Algérie du jour immense:

ILS SONT LA NUIT IRREFUTABLE AUX HAINES,PLUS HAUTS QUE LES LIVRES.

ILS SONT L´AVENIR COMMENCE,FUSIL-PEUPLE REVENU DES FUSILLADES.

ILS SONT LES RACINES NOCTURNE,COLERE DU TERRITOIRE.

ILS SONT LA NATION PRECIPITEE,COULEUR DE MIEL NOIR.

ILS SONT LE REFUS NU AU MALHEUR D´OBEIR.

ILS SONT L´HISTOIRE REVEILLEE,SIGNIFIEE JUSQU´A EUX.

ILS SONT LES HEROS DE TOUS,AU PEUPLE ENTRELACES.

ILS SONT L´HONNEUR PHYSIQUE,FILS DES CICATRICES.

ILS SONT LE PEUPLE LARGE AU RETOUR DES CROSSES.

ILS SONT POUDRE ET CHANSON DE MA PREMIERE PATRIE.

ILS SONT DRAPEAU REPARTI DANS L´HERITAGE FURIEUX DE L´AURORE.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

الصلاة و السلام عليك يا رسول الله

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site