La Radio de Médéa : innove Des émissions à partir de Mazghana

Régions Centre Actu Centre

 

La Radio de Médéa innove

Des émissions à partir de Mazghana

 

le 16.12.14 | 10h00

 

Une équipe de journalistes, d’animateurs et de techniciens de la radio de Médéa ont innové en se rendant samedi dernier dans le village rural de Mezghana (daïra de Tablat) distant d’une centaine de kilomètres de la ville de Médéa.

C’était une première puisque les émissions de cette radio ont eu lieu à partir de cette région, et ce, pendant deux jours. Le choix n’a pas été fortuit, mais il a été bien étudié et réfléchi par la directrice de la radio locale, Mme Rachida Kacem, en voulant mettre en œuvre un programme d’action déjà tracé par ses soins pour se rapprocher davantage des auditeurs et auditrices, en particulier ceux habitants des localités enclavées et privées des moyens de communication. Elle devait insister en disant : «Ce genre d’émission est très utile dans une radio qui prône la proximité comme la nôtre».

Mazghana, qui est implantée dans les confins du massif forestier de l’Atlas tellien, non loin des monts réputés de Zbarbar, fief de la guerre de Libération nationale, fait partie de ces communes déshéritées de la wilaya. Ses habitants vivent jusqu’à nos jours dans des conditions difficiles plongés dans une précarité. Ils se plaignent sans cesse de l’absence de commodités nécessaires et élémentaires pour une vie décente en ne citant, entre autres, que l’enclavement des dechras, le non-raccordement au gaz naturel, l’insuffisance dans la  couverture sanitaire, le manque du transport scolaire…

Un nombre non négligeable des habitants a déjà fui cette situation précaire.L’équipe de la radio a donc été à leurs côtés à travers ces journées de portes ouvertes qui ont été accueillies favorablement par toute la population. Elle a su mettre en évidence leur situation  et partager avec eux leurs peines et mettre du baume au cœur avec des moments de musique, de chant et de divertissement.  

Les vieux habitants ont profité du microphone mis à leur disposition pour se remémorer en égrenant des témoignages sur la lutte armée endurée dans la région. Aussi, ils n’ont pas caché leur désarroi quant à la disparité entre les communes riches et pauvres de la wilaya. On continue, disent-ils, de favoriser les agglomérations urbaines au détriment des zones rurales lors du dispatching des plans communaux de développement. Quant aux jeunes, ils ont crié leur ras-le-bol en interpellant les responsables de wilaya sur l’inexistence totale en infrastructures d’accueil des jeunes dans leur village, à l’exemple d’un stade et des salles avec des équipements sportifs et culturels.

Ils disent qu’«ils arpentent les chemins à longueur de journée pour tuer le temps. On dirait que nous sommes dans un bagne sans toit», clament-ils.Enfin, la radio locale du Titteri, qui va bientôt souffler sa cinquième bougie, a mis à l’antenne une riche programmation d’émissions très intéressantes pour séduire et concurrencer davantage les autres chaînes. Elle a déjà acquis une large audience auprès de son public pour devenir l’un des canaux d’information privilégié. 
 

Abdelkader Téta , Le quotidien national « El Watan »

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 16/12/2014

الصلاة و السلام عليك يا رسول الله

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site