Alger des Béni Mezghenna

Alger des Béni Mezghenna

               Alger des Beni Mezghenna

 Ou l’ethnologie berbéro-mauresque

 

 

     Deux jours pour évoquer les milles années de l’histoire légendaire d’Alger Beni Mezghenna, de l’Antiquité à la colonisation,sont loin d’épuiser le sujet.Deux jours durant,donc,chercheurs,historiens,urbanistes se sont attelés,sans toutefois prétendre avoir été exhautifs,à rappeler la problématique et les objectifs de la fondation de la perle de la Méditerranée.

 

     Alger en dialogue des civilisations qui l’ont marquée à travers les âges.C’est aussi et surtout son originalité,ses modes de vie,sa culture citadine,sa Médina. Cest en fait cette recherche identitaire de ses racines au plan généalogique qui m’a semblé être un des premiers référents dans toute approche sociologique de son passé et des habitants qui l’ont occupée.

    La théorie sur les générations peut-elle simplifier la connaissance des genèses ? Pour reconstituer la généalogie des habitants de la ville d’Alger aussi loin que possible,il faut recourir à l’histoire,à l’archéologie,à l’origine de l’homme,de sa famille,ensuite de sa tribu.

    Les pistes d’investigations sont nombreuses et vont de la paléontologie à la génétique qui peuvent apporter des éclairages  sur la successions des générations en mettant en système d’alternance du sens des alliances et des structures élémentaires de la parenté.

    Le questionnement épistémologique en matière de généalogie nous donne donc également une certaine approche de l’évolution générationnelle.Ainsi,Alger la blanche,au passé millénaire,n’a-t-elle pas été formée à travers les siecles d’histoire ?

    Les géographes de l’Antiquité rapporetent qu’elle fut fondée par vingt compagnons d’Hercule qui l’ont appelée en souvenir de son origine Icosium(icos= vingt,en grec déjà de l’an 146 avant J-C après la chute de Carthage)

    Il est plus certain que les navigateurs phéniciens,frappés des avantages que présente ce site, avaient les premiers fondé un comptoir dont Rome hérita autres établissements puniques en Afrique du Nord.Mais Alger existait depuis le VI  siècle ava,t J.C

      Généalogie senhadjienne des Beni Mezghenna

     Alger fait donc partie d’un passé lointain d’un fonds de légéndes, de croyances,de rites et de traditions.Elle est une ville d’origine fondamentalement berbère de la grande tribu Sanhadja et fut fondée par les Beni Mezghanna qui ont disparu dans les guerres qui ont agité le pays pendant les trois siècles de sa fondation.Cependant ils ont laissé  leur nom à la montagne qu’ils habitaient dans la partie supérieure du cours de l’Isser (Tablat).Elle s’appelait au Moyen Age  Djazaïr Béni Mezghanna.  

     Parler d’Alger des Beni Mezghanna c’est fondamentalement évoquer les racines sanhadjiennes de ses origines.En effet, les Sanhadja sont une des tribus berbères les plus importantes par le nombre soit le tiers de la population berbère qui forme une population et même une partie de celle du Maghreb.

     Les Senhadja sont les enfants de Senhadj.Les généalogistes berbères disent que la tribu des Senhadja a pour aïeul Bernes,fils de Berr,mais El Tabari et Ibn El Kelbi regardent les Sanhadja et les Kétama comme les descendants des Himyer.

     Selon El Tabari,Senhadj était fils d’Issougan(Nasrgan),fils de Maïçour,fils d’El Fend,fils de Yahsoub,fils de Malek,fils d’Amer,fils de Himyer le jeune,fils de Seba.Alors qu’un autre généalogiste rapporté par Ibn Enahoui,historien de la dynastie des Senhadja,le fait descendre de Yahsoub.v

     Les généalogistes berbères les plus précis disent que Senhadj était fils d'Asil,fils de Zéaza,fils de Timta,fils de Sedder,fils de Moulan,fils de Mesleten(Islin),fils de Serr,fils de Mekeïla,fils de Dikous,fils de Halhal,fils de Cherou,fils de Misraïm,fils de Cham.Ils ajoutent que Guezoul,Lamt,Heskoura et Senhadj naquirent tous de la même mère,laquelle était fille de Zahhik Ibn Madghis et se nommait Tiski El Ardja.Ces quatre frères furent appelés les enfants de Tiski.Les Senhadja forment plusieurs branches, à savoir les Telkata,les Lemtouna ;les Andjefa,les Cherta,les Messoufa,les Gudela,les Mendaça,les Beni Ouareth et les Iticen.Certainsgénéalogistes rapportent que le nombre des branches dans lesquelles la tribu de Senhadja se rassemble est soixante-dix.

Selon El Tabari et Ibn Kelbi,les Telkata,une des plus grandes divisions de la tribu, fondèrent la première dynastie senhadjiste,alors que les Andjefa,la branche la plus considérable de la tribu des Senhadja formaient plusieurs ramifications dont chacune occupait un territoire différent.

     Selon Ibn Khaldoun dans son ouvrage « Histoire des Berbères »,les Senhadja étaient clients de la famille d'Ali Ibn Taleb(Gendre du Prophète Sidna Mohamed),de même que les Maghraoua l'étaient du calif Othman.

     Deux courants senhadji fondèrent chacun son empire,les Telkata en Ifrikia et en Espagne et les Messoufa et Lemtouna au Maghreb.Les Senhadja de la première génération descendent de Telkat,fils de Ket,fils de Senhadj.Leur pays renferme les villes de M'Sila, Hamza ,Alger,Lemdéa,Miliana et les régions occupées par les Béni Yazid,les Hosseïn,les Attaf,tribus zoghbiennes et par les Thaâliba.                      

      Au milieu des Senhadja vivaient plusieurs familles ayant la même origine qu'eux et dont la postérité habite encore les territoires où leurs ancêtres avaient demeuré.Il s'agit des Metennan,des Ouanougha,des Beni Bou Othmane,des Beni Mezghanna, des Beni Djaâd,les Telkata,les Boutouïa,les Beni Aïfoun et les Beni Khelil.On rencontre également les Telkata du côté de Béjaïa.

       Les Telkata avaient la prééminence sur toutes ces tribus. « Du temps des Aghlabides,ils eurent pour chef Ménad,fils de Mencous,fils de Senhadj le jeune,fils de Ouasfan,fils de Djebril,fils de Zeïd,fils de Ouasli,fils de Semlil,fils de Djaâfar,fils d'El Yas,fils de Othman,fils de Ségad,fils de Telkat,fils de Kert,fils de Senhadj l'ancien.

        Certains historiens du Maghreb racontent que Ménad,fils de Mencous,gouverna une partie de l'Ifrikia et du Maghreb central au nom des Abbassides.Il eut pour successeur son fils Ziri Ibn Ménad,qui devint un des plus puissants des princes berbères,qui passa du côté des Fatémides après avoir soutenu une guerre contre les Maghraoua d'origine zénatienne.

         Cest à l'époque où Abou Yazid eut presque anéanti la puissance des Fatémides à Kaïrouan et El Mahdia,que Ziri attaqua les Kharedjistes.Il bâtit la ville d'El Achir(tribu des Hosseïn) dans le titteri et avec l'autorisation du Fatémide El Mansour,il se vit bientôt Seigneur des plus grandes villes du Maghreb.

         C'est son fils Bologhin qui fondera les trois villes :

L'une sur le bord de mer appelée Djazaïr Béni Mezghenna( îles des Enfants de Mezghenna), l'autre sur la rive orientale du Chélif appelée Miliana,la troisième portera le nom de  Lemdeïa (Médéa).

          La deuxième ethnie des Senhadja s'appelait les Moulathamine dans le désert ;il s'agit des tribus des Guédala,des Lemtouna,des Messouffa,des Outzila,des Targa ,des Zégaoua et des Lamta.Ces peuples sont tous frères des Senhadja et demeurent entre l'océan Atlantique et Ghadamès.Quand à la troisième ethnie sanhadjienne,c'est une des fractions qui habité la partie orientale de l'Atlas entre Téza et Béni Fezaz,séparés à l'ouest par les Masmouda.Toute cette popûlation porte le nom de Zénaga.

           Pour revenir aux Mezghenna,ils sont une fraction de l'ancienne tribu des Béni Slimane,sur la rive droite de l'Oued Isser.Selon le Sénatus consulte,les Béni Slimane se composaient de sept tribus ci-après désignées,non érigées en douar-commune,à savoir :Bahat,tribu N° 132,Tiara,tribu N°135 , El Ouazane,tribu N° 134, Tourtasine tribu N°131,Tablat,tribu N° 130 , Mezghenna,tribu N°133 ainsi que les Cheurfa.On retrouve les Béni Slimane à Miliana(Djebel Lari) les Beni Boukhelf,à Sétif à 26 km de Takitount,à Oued Ksob,près de Bordj Bou-Arridj,à Batna.Quand aux Senhadja de Béjaïa ,à l'Edough à Annaba,leurs descendants existent à ce jour...

                                                                                Par  Boudjemâa HAÏCHOUR

                   Conférence(Article paru dans le Quotidien National

                                                            El Moudjahid du 24/02/1999)

 

 

 

الصلاة و السلام عليك يا رسول الله

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site