Le Professeur Omar Boudjellab

Par le professeur Merad (*)
 Le professeur Omar Boudjellab vient de s'éteindre à l'âge de 76 ans, après avoir donné le maximum de lui-même et accompli une carrière exemplaire faite de
probité, de responsabilité et de générosité.Ceci nous permet d'affirmer sans aucune hésitation que ce fut un des pères les plus prestigieux de la médecine al-
gerienne en général et de la cardiologie en particulier.
  A Tablat où il est né, une contrée rude mais attachante, il a acquis les qualités de simplicité ,d'innocence, de solidarité et de spontanéité des habitants de cette région.Plus tard à Belcourt et à la Casbah, Alger va façonner sa citadinité et lui donner la finesse d'esprit, la jovialité et l'humour qui vont désormais le
caractériser à jamais.
 Ayant décidé d'être médecin, il va se rendre à Paris où il effectuera l'ensemble de son cursus de médecine et de la spécialité qu'il a choisie: la cardiologie.
 Durant ses études, il va se signaler par son sérieux , son abnégation au travail et toutes les personnes qui l'ont cotoyé durant cette période diront de lui qu'il
fut, que ce soit à Bobigny Boucicaut ou autres hôpitaux parisiens, un étudiant brillant et consciencieux.
 De famille aisée, il pouvait rester en France et prétendre à une carrière universitaire dans ce pays comme aimaient le répéter les grands patrons de la méde-
cine française de l'époque.
 Cependant, le sens du devoir et conscient de son rôle de médecin, il va rejoindre, dès qu'il s'est senti apte à le faire, les rangs de l'ALN.Mais auparavant,il s'est rendu disponible pour prendre en charge les malades et les blessés que l'organisation du FLN lui confiait.Ceux qui ont bénéficié de ses services peuvent témoigner que ce médecin au physique d'Aryen était un homme discret et un praticien compétent et généreux.
 Dès son arrivée aux frontières de l'Ouest, il va être rapidement remarqué grâce à ses profondes connaissances médicales et son sens de l'organisation et son humanisme.C'est ce qui va lui valoir d'être désigné comme responsable du secteur sanitaire de cette région.Avec le dynamisme qu'on lui connait et sa grande énérgie,il a su organiser ce secteur difficile,prendre en charge comme il se devait nos valeureux combattants, malades et blessés.Mais ce qui est remarquable ,c'est que durant toute la période où il était responsable, pas des moindres, il ya eu à déplorer ni épidémie, ni catastrophe médicale, comme on pouvait le craindre dans ces campements où les conditions de vie et d'hygiène étaient difficiles.Dès l'indépendance,sans la moindre hésitation,il va rejoindre le secteur civil et exercer dans les structures publiques.
 Il comprit que le pays qui sortait d'une guerre inhumaine et meurtrière avait besoin de médecins, de beaucoup de médecins.Il faut souligner qu'au lendemain
de l'indépendance, après le départ massif du corps médical français, l'Algerie comptait à peine une centaine de médecins.
 Il a compris que la médecine allait devenir de plus en plus une science et que les praticiens qui allaient exercer devaient être de haut niveau.Avec quelques collègues,il va s'atteler avec une débauche d'énergie sans égale et un engagement total à jeter les bases d'une médecine efficace et moderne.C'était désormais son nouveau combat,il n'en connaitra pas d'autres jusqu'à la fin de sa vie.De la politique,il ne voulait rien entendre et lorsque les autorités de notre pays ont fait appel à lui pour s'occuper du ministère de la santé,il a endossé cette responsabilité non pour faire carrière politique ou enrichir son CV ,mais comme un militant sincère au service de son pays.Quand sa mission prit fin,le défunt Houari Boumediène lui proposa un poste de député ou de diplomate mais il déclina l'offre pour revenir à son sacerdoce: la médecine.Il devient médecin anonyme toujours enhousiaste et généreux dans l'effort pour accomplir son métier.Il répétait à tous ceux qui voulaient l'entendre que lorsqu'on exerce notre profession avec abnégation, sérieux et sans esprit mercantile,c'est le plus noble des métiers.En tant que chef de service et plus tard en tant que ministre,il a été un apport considérable pour booster la formation continue, les congrès régionaux ou internationaux.C'est grâce au professeur Boudjellab qu'on a pu disposer d'un local et d'un secrétariat appointé par son département, ce qui nous a permis de travailler dans de bonnes conditions.
 Nous devons au professeur Boujellab les meilleures décisions pour une médecine à la portée de tout le monde et la plus performante possible.Il a ouvert l'ère de la médecine gratuite à laquelle il croyait sincèrement.Mais il aurait voulu qu'elle soit contrôlée et appliquée par des responsables techniques et lui donner un contenu qui lui permettrait de survivre et de lui éviter les dérives qui allaient très vite apparaître.
 C'est grâce au professeur Boudjellab que l'Institut National de Santé Publique,cet excellent outil de travail pour la médecine sociale et les bases de données pour les décideurs, a vu le jour.
 C'est à lui que nous devons les mesures qui ont rendu une démographie acceptable et moins contraignante pour le pays.
 Il fut un médecin généreux et humain et personne ne peut dire que le Pr Boudjellab, en tant que chef d service ou en tant que ministre de la santé, ait refusé une entrevue ou l'accès à son bureau.Personne ne dira qu'il a,d'une façon ou d'une autre, nui à la carrière d'un médecin ou contrarié l'exercice des fonctions d'un de ses collaborateurs ou de ses administrateurs.Je sais aussi,pour avoir eu le privilège de le côtoyer durant de longues années, que ce fut toujours pour ses collègues , ses compagnes, un ami toujours serviable, soncère et loyal.Je sais aussi que ce fut un bon père de famille veillant toujours au confort et au bien-être de son entourage, ne négligeant jamais, malgrè ses nombreuses charges, leur éducation ou leur formation.
 A sa famille, avec laquelle nous partageons la souffrance de sa perte et à qui nous assurons notre solidarité totale dans ces moments pénibles,nous pouvons lui dire que le Pr Boudjellab fut pour beaucoup, comme pour vous, un père.Nous l'avons aimé comme vous l'avez aimé et nous laimerons toujours.
 Il restera pour nous un exemple de générosité,d'humanisme,d'honnêteté,un homme qui aimait à répéter que la médecine ne doit jamais être un métier seulement, mais l'exercer comme une vocation.
 Pour toutes ses qualités et ce qu'il a fait, le Pr Boudjellab est une personne dont l'Algerie entière doit être fière.
 Cher Si Omar repose en paix,tes élèves, tes collègues,tes malades ne t'oublieront jamais.
                                                                                                                          (*) Chef de service de cardiologie
                                                                                                                                     Hôpital Mustapha
                                                Article paru dans le quotidien national El Watan
                                                                                                             du 26/06/2006

 

 

Je tiens à remercier le Chef du service cardiologie de l'hôpital Mustapha pour l'article qu'il avait publié sur l'un des pionniers de la médecine algerienne"Omar Boudjellab" qu'Allah yar h'mou " .

      Ce grand cardiologue algerien qui représente la fièreté des Algeriens et plus particulièrement des Tablatis mais qui malheureusement ne le connaissent pas !j'ai voulu à travers la republication de cet article attirer l'attention des autorités locales de Tablat afin qu'ils  consacrent une journée pour la commémoration de sa mort et cela en reconnaissance à tous les services qu'il a rendus à son pays.Une chose que je savais très bien c'est que ce Grand Professeur avait toujours le coeur attaché à sa région native et qu'il avait fait de son mieux quand il était ministre pour que Tablat bénéficie d'un hôpital étant donné que c'était une région très déshéritée et vu aussi son éloignement des grands centres urbains.

      Mais malencontreusement son rêve n'a pu se réaliser parce que les autorités locales de l'époque lui ont opposé un refus catégorique et injustifiable!

      Dors en paix Monsieur le Professeur,nous vous serons toujours reconnaissants pour les services que vous avez rendus et que vous vouliez rendre à ton pays l'Algerie en premier lieu et à ta région natale.

                                           L'administrateur

 

Commentaires (4)

1. Boukerkar Souhila 15/03/2011

bjr je suis manipulatrice en radiologie ma mère possède un problème cardiaque insuffisance mitral grade3 sous trt:lazlix20mg.blopresse16mg.dilateron6.25mg.sintrom 4mg.digoxine mais rien n'a changé: Sa situation s' est aggravée dernièrement. tu me dis quoi docteur? quels sont tes conseils?merci
-------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour,
Sache, Souhila, que ce pionnier de la cardiologie est décédé cela fait des années.Je publie ton appel, peut-être que tu trouves parmi les consultants de ce site un professeur en cardiologie qui puisse t'aider .A mon tour, je souhaite ,inchallah, que ta mère se rétablisse et qu'elle retrouve sa santé!

2. Mansouri Amar 29/07/2010

Essalem,

Pardon,il faut bien comprendre qu'il est question de mon demi frére à moi (MANSOURI Med) dont la mère est une BOUDJELLAB cousine au défunt professeur.
Si vous voulez rentrer en contact avec les Boudjellab cousins du Professeur, demandez aprés un certain BOUDJELLAB Lyès de son vrai prénom Amrane architecte à Beaulieu - El Harrach.

salutations
______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Salut Amar,
Je suis vraiment navré ! je vous demande pardon pour cette confusion que j'ai faite.Merci énormément pour cette autre information sur la famille "Boudjellab".
Mes excuses encore une fois et mes salutations les plus fraternelles à toute la famille "MANSOURI".
L'administrateur du site

3. Mansouri Amar 28/07/2010

Essalem,

Permettez-moi tout d'abord de vous féliciter Mr. l'administrateur pour cette initiative louable destinée à donner une nouvelle impulsion au dialogue entre Tablatis.

J'apporte les précisions suivantes au sujet du défunt professeur Omar Boudjellab (Allah yarhamou), il est né à MERHOUMA un douar entre Deux bassins et Sakamody,dont une de ses cousines Boudjellab Aicha (Allah yarhamha)était la première épouse de mon défunt père MANSOURI Said (ancien combattant mutilé de guerre 1939-1945 avec feu si Allel BELKADI,Allah yarhamhoum)de Tablat (Beni-souka).
Un demi-frére MANSOURI Med actuellement à Draria dont les oncles sont des Boudjellab pourra vous en dire d'avantage.

Je termine en remerciant une fois de plus Mr.l'administrateur d'avoir mis en place cet outil qui nous permet de discuter et partager nos opinions pour l'émancipation de notre très belle et chère ville de TABLAT.

NB. Les Boudjellab de Tablat habitent Beaulieu (El Harrach)
-------------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------------
Bonjour Monsieur Amar,
Merci infiniment pour toutes ces informations que vous avez voulu partager avec les Tablatis.Elles sont fort appréciables.Nous souhaitons si quelqu'un connait ce demi-frère de Omar Boudjellab de nous mettre en contact avec lui: nous voudrions recuillir davantage d'informations sur ce grand pionnier algerien de la cardiologie qui faisait la fierté non seulement des Tablatis mais de tous les Algeriens.Notre grand voeu est de voir le nouvel hôpital de Tablat bâptisé " Omar Boudjellab" en reconnaissance aux rôles que ce Grand Cardiologue a joués pendant Notre Glorieuse Révolution et ,aussi, après l'indépendance de l'Algerie.
Personnellement, je connais très bien "Allel Belkadi" parce qu'il était mon ex voisin.Nous l'appelions Allal tidjaoui.Allah yarh'mou ou yarham votre père.
Enfin merci encore une fois pour votre visite,pour vos précisions si importantes et pour vos félicitations que je trouve très encourageantes.
Mes salutations les plus sincères,
L'administrateur du site

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

الصلاة و السلام عليك يا رسول الله

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site