Algerie: Un épisode de l'histoire de Tablat

 

 

      Algerie: Un épisode de l'histoire de Tablat

 

 

     Origines des populations

    Tablat est tout cet immense territoire qui s'étend de Chréa à Zbarbar enjambant monts et rivières. Habité depuis des centaines de siècles à cause des conditions de vie qui y étaient favorables.La présence de forêts denses , de rivières et d' un sol fertile attiraient les hommes à y vivre.L'existence des restes de ruines, dans différents endroits,atteste que les Romains avaient vécu dans ces lieux .Leurs vestiges sont  les témoins d'une civilisation florissante dans cette partie de l'Algerie.La toponymie amazigh des lieux,l'usage du calendrier berbère par la population,les coûtumes et les traditions qui ressemblent en plusieurs points à celles de la Kabylie sont les éléments d'une civilisation amazigh ancestrale dans cette région.L'attachement très fort des tribus ,ayant vécu dans ce territoire ,à l'Islam, depuis son avènement et surtout avec l'arrivée des Cheurfas qui étaient venus y habiter au début du XV siècle, avait poussé la plupart d'entre elles à opter pour la langue arabe,la langue du Coran, dans leur usage.Quelques tribus disséminées dans l'Atlas de la Mitidja et de Blida ont conservé l'usage du berbère, langue maternelle des autochtones("Magtâa Lazrag","Beni Misra", "Aguelmim..).
Après 1830,toutes les tribus de Tablat étaient qualifiées de kabyles par les Français ce qui explique que le tamazight était encore d'usage à cette époque dans l'Atlas de Tablat.

    Troc et échanges

    Au temps de la présence turque en Algerie et bien avant, la population de cette région pratiquait du troc avec les Kabyles de Drâa El Mizan,de Boghni...,troc qui était monnaie courante en ces temps-là. Placés entre les Kabyles de la Sébaou,et les tribus de Médéa,les Tablatis faisaient un commerce d'échange très considérable avec les autres régions:

  De chez eux (des montagnes) ils amènent des bœufs,des mulets,des fruits secs,de l'huile et du savon.Du sud ( hautes plaines) ils tirent les troupeaux et la laine.Les chevaux leur viennent de chez les Arib (habitants de la plaine qui se trouve entre Sidi H'lal et Aïn Bessem).Ils possédaient des chameaux dont ils se servaient, dans leurs relations avec les tribus arabes du sahara.La partie sud de l'outan de Tablat était riche en céréales et la partie montagneuse était couverte de bois.

  Ils se rendaient au marché de Larbâa,tout près de Oued El Djemâa , à Maison Carrée, à Souk El Telata (Palestro) et plusieurs souks se tenaient sur leur territoire(Souk El Had ,El Heuch,Melouan et Sebt El Balout).

       Pélerinage à Sidi M'hamed Ben A.Errahmane (Belcourt) et à Sidi Abderrahmane El Thaâlibi ( Casbah d'Alger)

     Ils effectuaient chaque année,à la fin du printemps et avant la moisson, une ziara (visite) ,en groupes et à pieds,à Sidi M'hamed Ben Aberrahmane (Bouqabrine) et à Sidi Abderrahmane El Thâalibi,une ziara qui durait des jours ...
    Le jour J ,les pèlerins, étendards en tête et tambourin en main, affluent en grand nombre.Ils arrivent à pied et aussi sur toute monture venant de tout chemin.Leur destination est Bridâa,lieu de regoupement situé à 1,5 kms au sud de la ville de Tablat, avant d'entamer le grand voyage à Alger.De l'amont de "Oued Isser",descendent les Ouazani,les Beni Zeghim...de son aval montent les Th'âalba,les Beni Djâad...d'autres groupes parviennent de "Oued Zaghoua"et de "Oued El Malah".A mesure que le convoi avance dans un air de fête,d'autres habitants des machtas dévalent les pentes des monts et viennent s'y joindre.Le soir, avant le coucher du soleil ,les pèlerins atteignent "El Mardja"(Baraki) et c'est là où ils  passent leur nuit.Le lendemain ,tôt le matin,le voyage reprend.L'après-midi,tout le monde est à Alger.Après la ziara,la lutte,les offrandes et les sacrifices,le pèlerinage est suivi d'un grand marché où les échanges (achats et ventes)sont aussi importants que les marabouts vénérés.Enfin et après cet agréable séjour ,les pélerins retournent chez eux avec l'espoir d'y revenir l'année suivante...

     Raisons d'une représentation des pouvoirs publics   

   Ce pays qui se trouvait entre la plaine de la Mitidja au nord et la plaine des Aribs au sud s'appelait l'outan des Beni Khelifa puis "l'Arch  des Beni Sliman"de 1825 à 1849 et il était constitué de plusieurs tribus.Pour gérer les affaires courantes des habitants ,une administration représentant les pouvoirs publics a,toujours,existé dans cet espace géographique. Vu l'immensité du territoire de ce"Arch",les français l'ont fractionné en deux grandes parties: les Beni Slimane ch'raga (Tablat et Mezghenna) et les Beni Slimane Gh'raba (Tourtatine et Baâta) et un khalifa,dont la résidence était à Tourtatine, chapeautait l'ensemble.Après 1830,l'occupant français les a divisés en 11 kaïdats pour pouvoir mater tout soulèvement des populations.

.
   Plusieurs raisons ont fait que les pouvoirs tenaient toujours à ce qu'il y est une autorité qui les représentait dans cette région de montagnes:
D'une part,le territoire de Tablat occupait une place stratégique ,il représentait un passage obligatoire dans les déplacements des populations d'Alger vers le Sud et vers certaines régions de l'Est et vice versa.Une route reliait Auzia à Icosium, en passant par Tablat ,aux temps des Romains et il semble que c'était la seule route qui existait à cette époque .D'autre part son emplacement dans un pays montagneux permettait à ses habitants de se mettre à l'abri des guerres et des invasions qu'a connues Alger, ville avoisinante , et à se défendre aussi en cas où ils seraient attaqués.Enfin et après l'occupation de l'Algerie,les Français l'ont choisie pour y créer un centre de colonisation en 1876 et le choix n'était pas fortuit.En effet,les populations de cette région avaient toujours manifesté leur ferme opposition à toute occupation.Pour affaiblir toute résistance de ces populations,les français avaient procédé à un déplacement massif de plusieurs familles vers d'autres régions d'Algerie.Les insurgés ont été déportés,dans les années 1860 et 1870, vers la guyane,à Cayenne ou en Nouvelle Calédonie,région éloignée de 25000 kms de l'Algerie.
En 1879,Tablat devint une commune mixte avec une population de 85 395 habitants dispersés sur un immense territoire de 1278 kilomètres carrés.Le 22 juin 1956,elle devint chef-lieu d'un arrondissement...

                     Abdelkader Lakhdari  administrateur du site  / kall.e-monsite.com

Abdelkader Lakhdari sur Google+
Commentaires (10)

1. kall (site web) 04/06/2015

Bonsoir,
Sachez, Monsieur, que le douar Tiara est le nom de l'actuelle commune de Sidi Naâmane, une petite ville qui se trouve sur la route nationale qui relie Beni Slimane à Berrouaghia.

2. FETHI SI AHMED (site web) 02/06/2015

SALAM SVP WIN JAYA DOUAR TIARA

3. mohamed 16/03/2015

bonjour
personnelement j' ai visité cette region surtout aissaouia (tourtatine a l'epoque) j'ai admiré le paysage ( tres beau a regarder,seulement j'ai remarqué que la region était abandonnee par ses habitants d'origine peut etre a cause de l'insecurité. seule les personnes agées qui peuvent nous donner des informations sur cette region. les familles de cette region sont tres attachées au zaouia de sidi ali a l'epoque c'est un guide spirituel

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

الصلاة و السلام عليك يا رسول الله

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site