Algerie: Un épisode de l'histoire de Tablat

 

 

      Algerie: Un épisode de l'histoire de Tablat

 

 

     Origines des populations

    Tablat est tout cet immense territoire qui s'étend de Chréa à Zbarbar enjambant monts et rivières. Habité depuis des centaines de siècles à cause des conditions de vie qui y étaient favorables.La présence de forêts denses , de rivières et d' un sol fertile attiraient les hommes à y vivre.L'existence des restes de ruines, dans différents endroits,atteste que les Romains avaient vécu dans ces lieux .Leurs vestiges sont  les témoins d'une civilisation florissante dans cette partie de l'Algerie.La toponymie amazigh des lieux,l'usage du calendrier berbère par la population,les coûtumes et les traditions qui ressemblent en plusieurs points à celles de la Kabylie sont les éléments d'une civilisation amazigh ancestrale dans cette région.L'attachement très fort des tribus ,ayant vécu dans ce territoire ,à l'Islam, depuis son avènement et surtout avec l'arrivée des Cheurfas qui étaient venus y habiter au début du XV siècle, avait poussé la plupart d'entre elles à opter pour la langue arabe,la langue du Coran, dans leur usage.Quelques tribus disséminées dans l'Atlas de la Mitidja et de Blida ont conservé l'usage du berbère, langue maternelle des autochtones("Magtâa Lazrag","Beni Misra", "Aguelmim..).
Après 1830,toutes les tribus de Tablat étaient qualifiées de kabyles par les Français ce qui explique que le tamazight était encore d'usage à cette époque dans l'Atlas de Tablat.

    Troc et échanges

    Au temps de la présence turque en Algerie et bien avant, la population de cette région pratiquait du troc avec les Kabyles de Drâa El Mizan,de Boghni...,troc qui était monnaie courante en ces temps-là. Placés entre les Kabyles de la Sébaou,et les tribus de Médéa,les Tablatis faisaient un commerce d'échange très considérable avec les autres régions:

  De chez eux (des montagnes) ils amènent des bœufs,des mulets,des fruits secs,de l'huile et du savon.Du sud ( hautes plaines) ils tirent les troupeaux et la laine.Les chevaux leur viennent de chez les Arib (habitants de la plaine qui se trouve entre Sidi H'lal et Aïn Bessem).Ils possédaient des chameaux dont ils se servaient, dans leurs relations avec les tribus arabes du sahara.La partie sud de l'outan de Tablat était riche en céréales et la partie montagneuse était couverte de bois.

  Ils se rendaient au marché de Larbâa,tout près de Oued El Djemâa , à Maison Carrée, à Souk El Telata (Palestro) et plusieurs souks se tenaient sur leur territoire(Souk El Had ,El Heuch,Melouan et Sebt El Balout).

       Pélerinage à Sidi M'hamed Ben A.Errahmane (Belcourt) et à Sidi Abderrahmane El Thaâlibi ( Casbah d'Alger)

     Ils effectuaient chaque année,à la fin du printemps et avant la moisson, une ziara (visite) ,en groupes et à pieds,à Sidi M'hamed Ben Aberrahmane (Bouqabrine) et à Sidi Abderrahmane El Thâalibi,une ziara qui durait des jours ...
    Le jour J ,les pèlerins, étendards en tête et tambourin en main, affluent en grand nombre.Ils arrivent à pied et aussi sur toute monture venant de tout chemin.Leur destination est Bridâa,lieu de regoupement situé à 1,5 kms au sud de la ville de Tablat, avant d'entamer le grand voyage à Alger.De l'amont de "Oued Isser",descendent les Ouazani,les Beni Zeghim...de son aval montent les Th'âalba,les Beni Djâad...d'autres groupes parviennent de "Oued Zaghoua"et de "Oued El Malah".A mesure que le convoi avance dans un air de fête,d'autres habitants des machtas dévalent les pentes des monts et viennent s'y joindre.Le soir, avant le coucher du soleil ,les pèlerins atteignent "El Mardja"(Baraki) et c'est là où ils  passent leur nuit.Le lendemain ,tôt le matin,le voyage reprend.L'après-midi,tout le monde est à Alger.Après la ziara,la lutte,les offrandes et les sacrifices,le pèlerinage est suivi d'un grand marché où les échanges (achats et ventes)sont aussi importants que les marabouts vénérés.Enfin et après cet agréable séjour ,les pélerins retournent chez eux avec l'espoir d'y revenir l'année suivante...

     Raisons d'une représentation des pouvoirs publics   

   Ce pays qui se trouvait entre la plaine de la Mitidja au nord et la plaine des Aribs au sud s'appelait l'outan des Beni Khelifa puis "l'Arch  des Beni Sliman"de 1825 à 1849 et il était constitué de plusieurs tribus.Pour gérer les affaires courantes des habitants ,une administration représentant les pouvoirs publics a,toujours,existé dans cet espace géographique. Vu l'immensité du territoire de ce"Arch",les français l'ont fractionné en deux grandes parties: les Beni Slimane ch'raga (Tablat et Mezghenna) et les Beni Slimane Gh'raba (Tourtatine et Baâta) et un khalifa,dont la résidence était à Tourtatine, chapeautait l'ensemble.Après 1830,l'occupant français les a divisés en 11 kaïdats pour pouvoir mater tout soulèvement des populations.

.
   Plusieurs raisons ont fait que les pouvoirs tenaient toujours à ce qu'il y est une autorité qui les représentait dans cette région de montagnes:
D'une part,le territoire de Tablat occupait une place stratégique ,il représentait un passage obligatoire dans les déplacements des populations d'Alger vers le Sud et vers certaines régions de l'Est et vice versa.Une route reliait Auzia à Icosium, en passant par Tablat ,aux temps des Romains et il semble que c'était la seule route qui existait à cette époque .D'autre part son emplacement dans un pays montagneux permettait à ses habitants de se mettre à l'abri des guerres et des invasions qu'a connues Alger, ville avoisinante , et à se défendre aussi en cas où ils seraient attaqués.Enfin et après l'occupation de l'Algerie,les Français l'ont choisie pour y créer un centre de colonisation en 1876 et le choix n'était pas fortuit.En effet,les populations de cette région avaient toujours manifesté leur ferme opposition à toute occupation.Pour affaiblir toute résistance de ces populations,les français avaient procédé à un déplacement massif de plusieurs familles vers d'autres régions d'Algerie.Les insurgés ont été déportés,dans les années 1860 et 1870, vers la guyane,à Cayenne ou en Nouvelle Calédonie,région éloignée de 25000 kms de l'Algerie.
En 1879,Tablat devint une commune mixte avec une population de 85 395 habitants dispersés sur un immense territoire de 1278 kilomètres carrés.Le 22 juin 1956,elle devint chef-lieu d'un arrondissement...

    Abdelkader Lakhdari  administrateur du site  :kall.e-monsite.com

 

Commentaires (10)

1. FETHI SI AHMED (site web) 02/06/2015

SALAM SVP WIN JAYA DOUAR TIARA

Abdelkader Lakhdari

Abdelkader Lakhdari Le 04/06/2015

Bonsoir, Sachez, Monsieur, que le douar Tiara est le nom de l'actuelle commune de Sidi Naâmane, une petite ville qui se trouve sur la route nationale qui relie Beni Slimane à Berrouaghia.

2. mohamed 16/03/2015

bonjour
personnelement j' ai visité cette region surtout aissaouia (tourtatine a l'epoque) j'ai admiré le paysage ( tres beau a regarder,seulement j'ai remarqué que la region était abandonnee par ses habitants d'origine peut etre a cause de l'insecurité. seule les personnes agées qui peuvent nous donner des informations sur cette region. les familles de cette region sont tres attachées au zaouia de sidi ali a l'epoque c'est un guide spirituel

3. Boukhdouni noureddine 16/08/2012

je cherche exatement ou se situe douar tiara fraction de ouled mohamed commune mixte de tablat

Abdelkader Lakhdari

Abdelkader Lakhdari Le 17/08/2012

Salut, Le douar Tiara faisait, autrefois, partie de la confédération des Beni Slimane djebaïlia (Tablat actuellement).Tablat devint par la suite une commune mixte qui regoupait plusieurs douars: Djouab, Beni Slimane, Azizia,Tourtatine,Baâta, Ouazana, Tiara.De nos jours, ce douar ne porte plus le nom de Tiara mais celui de Sidi Naâmane.Actuellement, Sidi Naâmane est le siège d'une daïra( sous-préfecture) dans la wilaya de Médéa.Elle se situe à 30 km à l'est de Berrouaghia.

4. Riad LELLOUCHI 11/10/2011

Bonjour mon ami,

En effet, la localité de Bouskène elle-même s'appelait El-Tenîne (de "Souq el-Tenîne") à l'origine, car c'était le lieu du marché hébdomadaire qui se tenait (le Lundi) chez les Ahl-El-Euch. C'est juste que le nom du chef-lieu du douar-commune n'était pas forcément celui de la commune elle-même. Je puis donc t'assurer que l'actuelle commune de Bousken est bel et bien l'ancienne commune d'El-Euche (qui avais pour chef lieu le village d'El-Tenîne).

En tout cas, j'ai constitué un dossier trés intéréssant à ce sujet, et je serais ravi d'échanger les informations receuillies avec quiconque s'interesse au sujet ... ;-)

5. Riad Lellouchi 17/08/2011

Bonjour,

Ce fut assez laborieux, mais je pense avoir trouvé ce que je cherchais. En vérité, l'ancienne tribu des Ahl El-Euche fut fractionnée en deux douars-communes (Février 1898) : Tchaïf et El-Euche.

En somme, si l'on prenait le térritoire des Ah El-Euche tel que fixé vers 1870 et qu'on se réfèrait au découpage administratif actuel, leur espace est recouvert (d'E. en O.) par les communes de Beni-Slimane (anc. Tchaïf), Bouskene (anc. El-Euch), à quoi s'ajoutait au moins une partie de la commune de Khems-Djouamâa et la partie O. de la commune de Souagui.

Sinon, j'aimerais un peu préciser certains points évoqués par nos amis ici. L'ancienne confédération des Beni Slimane ne devrait pas être confondue avec la localité de Tablat car celle-ci n'est à l'origine qu'un village colonial dont les autorité françaises ont fait chef-lieu de la commune éponyme, et qui ne regroupait d'ailleurs q'une partie des tribus de la confédération et non pas toutes.

En somme, il faut distinguer deux groupes de tribus au sein de la confédération : les "Beni Slimane Djebaïliya" (dont fait partie la région de Tablat) qui étaient d'origine berbère (de Sanhâdja), et les "Beni Slimane El-Louâta", c'est-à-dire celles qui occupaient la plaine de Beni-Slimane proprement dite. Ces dérnières étaient au nombre de six et elles étaient d'origine arabe (probablement issues de Zoghba, une branche de Beni Hillal) selon la tradition.

Bonne journée ... ;-)
---------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour Riad,
Merci infiniment pour ces précieuses informations ! mais une chose dont je suis très sûr est que douar "Ahl El Euch" n'est pas "Bouskène" de nos jours.

6. Riad Lellouchi 26/06/2011

Bonjour,

J'aimerais me renseigner sur la tribu des Ahl-el-Euch, branche des Béni Slimane à ce qu'il parait.

En fait, je sais que mon grand-père y né dans un douar de ce nom (commune mixte de Tablat), mais je n'arrive pas à localiser avec précision leur ancien territoire sur une carte, ni à reconnaitre la commune où il se situe actuellement.

Quelqu'un pourrait-il nous éclairer à ce sujet ?
________________________________________________________________________________
Concitoyen Riad,
Je te ferai savoir qu'autrefois douar "Ahl El Heuch faisait partie de la confédération (Arch) des Beni Slimane , ancienne appellation de Tablat (c'était au temps de la présence Ottomane en Algerie).Cette grande confédération était formée de plusieurs douars: Tablat, Mezghenna,Tourtatine,Ahl El Heuch, Baâta,El Ouazana et Tiara.Douar Chaïf (l'actuelle Beni Slimane) faisait partie de la confédération d'Aumale (S.E.G).Au temps de l'occupation française de l'Algerie, tous ces douars étaient châpeautés par la commune mixte de Tablat créée en 1876.
Douar "Ahl El Heuch" correspondait à la commune de "Sidi Rabaïe", commune rattachée actuellement à la Daïra de Beni Slimane.Elle est située sur une colline qui surplombe la ville de Beni Slimane du coté nord à une distance de 8 km.Elle est limitée au nord par la Cne de Mezghenna(Tablat), à l'est par la Cne de Guelb El Kebir,à l'ouest par les Cnes de Boucherahil(El Omaria) et d'El Aïssaouia(Tablat).

7. Lounis Abdou 05/10/2010

تحية باخلاص و اشكرك على هذه الرسالة
أود في البداية ، أن أوضح لك شيء و هو لما بدأت البحث عن شجرة العائلة حيث كان عمري 16 سنة و أكد لك أن هذه القصة حقيقية و ليست من الخيال بل خرجت من أفواه شيوخ كبار عاشت بالمنطقة (مزغنة – الحافظية – تفالة – الحراش – الابيار – العين .. الخ) و منهم من أرشدني الى شيوخ بالاخظرية و بالوزريعة و قسنطينة و كنت مع أخي 26 سنة أسجل استجوابي معهم عن طريق كسات بالصوت كلما قصد منطقة .
اذا كنت من منطقة تابلاط و سنك اكثر من 50 سنة، فكان يسكن مقابل فرقة الدرك الوطني بتابلاط شيخ اسمه لونيسي منور رحمه الله الذي عاشت 106 سنة و غادر المنطقة قبل سنة 1959 و رحل الى مدينة الخميس بعين الدفلى ثم سكن بالجزائر العاصمة وبضبط بشارع حسيبة بن بوعلي و توفي بها سنة 1996 و هو اخ جدي بلقاسم كما ذكرته لك سابقا و له بنت متزوجة مع أحد أبناء رباعي (بالدراوشية ) فأخ جدي منور تزوج مع أحد بنات عائلة زغار وهذه العائلة فهو ربيب جدي بن نوبارك وجد عائلة زغار مدفون مع جدي بونابارك وكان يسموناه في القديم بن حمودة

فأخ جدي منور و ابن عمه محمد (هو من الحافظية و هو ابن عم أبي و أمي ) فلهم كتيب صغير و لا أعرف مصيره بعد وفاته ، حيث شهادت هذا الكتاب و بدأ يتلوى عليا اسماء أجدادنا أي شجرتنا فا لا أخفي عليكم فوقعت لي حادثة معا السالفين الذكر وهي لما طرحت عليهم أن يزودنني بأسماء أخوات وزوجات أجدادي وكل معلومة بحوزتهم ، فقام أخ جدي منور و ضربني بالعصا و كسر جهاز راديو التي كنت أسجل فيه ، ثم قال لي يجدر بك البحث عن أجدادك( الرجال) و ليس عن النساء وطلب مني أخرج ، فأخذتني زوجته (زغار) الى المطبخ و طلبت مني أن لا أذكر له النساء و أرشدتني ما تعرفه عن أخواتهم و زوجات أجدادي
أما بالنسبة لعائلة طايان و ديف فلم يذكر لي أي أحد عنهم من شيوخ قبيلة مزغنة
فأفيدك أن عائلة لونيسي لم تبقى أية عائلة سواء بمزغنة او بتابلاط
أما الوثائق التي هي بحوزتي فهي خاصة بعائلتي سواء من ناحية أبي أو أمي تعود لجدي الخامس(لوناس) و لا أستطيع أن أنشرها وهذا راجع لتقاليد حفظها وأعتذر لك عن ذلك
هل أنت من مدينة تابلاط ؟
فأنا أردت فقط معرفة عائلات تنتسب الى أحد أجدادي التيذكرتهم سابقا فأريد أن تتصل بي عن طريق بريدي الكتروني اوعن طريقك اذا سمحت و هذا لكي يزودوني بالمعلومات حول عائلته لكي أنتهي من إعداد الشجرة النهائية لعائلتي . وشكرا لك جزيلا عن اهتمامك بمدينةتبابلاط و المعلومات التي تفيدنا بها .
________________________________________________________________________________________________________________

السلام عليك و رحمة الله تعالى و بركاته

أشكرك جزيل الشكر على ردك و ما يحمله من إضاحات حول أنسابك لكن تبقى أسباب
إنتشارهم في مناطق عديدة من الجزائر من نسيج خيال الرواة حتى و إن كانت هناك بعض الحقائق في تحرياتك في البحث عن تاريخ أجدادك...الوثيقة الرسمية التي بحوزتك هي "شجرة الأنساب" و المعلومات الأخرى التي تحصلت عليها خلال بحثك تبقى مبنية على قصص شفاهية تناقلتها الأجيال...إذا لا نستطيع الجزم بأن كل ما جاء في هذه القصة هو حقيقة لأنه يحتاج إلى الدليل المادي
أشجعك على هذا العمل الجبار الذي تقوم به و أمنيتي إن شاء الله أن تتوصل إلى إثبات ما تقوله بالدليل و الحجة.أنا من الأشخاص المهتمين بمثل هذه الأبحاث:أريد معرفة أنساب العائلات المشكلة لسكان منطقة تابلاط و لما لا البحث في العلاقات التي تربطهم بالمناطق الأخرى

لجزائرنا الحبيبة
أحيطك علما أخي العزيز أن هناك أشياء أخرئ تأخذ بالحسبان عند قيامنا بالبحث في الأنساب و لا يمكن تجاهلها زيادة علي ما تحمله كتب المؤرخين و ما قد يصلنا عن طريق الرواية الشفاهية نستطيع زيادة للذكر لا للعد "إشتقاقات الأسماء،العادات و التقاليد الموروثة، الأنتخوبولوجيا ...
أخي العزيز أنا من مواليد مدينة تابلاط بثلاث سنوات قبل إستقلال الجزائر أي أني ولدت يوم رحل اخو جدك إلى الخميس بولاية عين الدفلة
أحيطك بالعلم أن هناك شخص يحمل إسم لونيسي بتابلاط و هو صهر تواتي أحمد (بنزيان)و هو أستاذ بمركز التكوين المهني بتابلاط.و أعرف أيظا الطاهر بن حمودة و أبوه رحمهما الله

قررت أن أقوم بإنزال موضوعك هذا في هذا الموقع فلربما هناك من الزوار من يستطيع تزويدك بالمعلومات التي أنت في حاجة إليها .
تحياتي الأخوية
المشرف على إدارة الموقع

8. Lounici 25/09/2010

Merci pour votre message
Je vous informe que je suis originaire de Mezghenna (Tablat )de père et de mère.Le nom de mon 7ème grand-père est BENOBARK , il est inhumé dans le cimetière de mezghana (el koba) et en bas de la tombe de ce dernier, on trouve les tombes de mes grands-pères :1er grand-père BELKACEM--- 2éme grand-père MOHAMED --- 3éme grand-père MESSAOUD --- 4éme grand-père MOHAMED --- 5éme grand-père LOUNES --- 6éme grand-père MOUSSA – 8éme grand-père YAHIA le père de BENOBARK .
Pour votre attention, je vous ferai savoir qu’ après la mort de mon 1er grand père BELKACEM , mon père et mon oncle quittèrent MEZGHANA en 1959 pour aller habiter,l'un à Alger et l'autre à BOUFARIK. Quant à mon grand-père maternel , celui-ci partit vers Alger. Je Connais très bien les régions de TABLAT et de MEDEA .
Pour les BENI MEZGHANA, il est vrai qu’ils sont Originaires d’Alger , mais ils ne l’ont jamais fui . La véritable version est la suivante: Mon 10éme grand-père se prénommant CHERIF a vu une vision dans son rêve : il vit qu’une grande dispute éclata entre ses sept enfants . Il prit alors la décision de les séparer.Il recommanda à chacun d’eux de prendre un cheval et de quitter la ville de BOUZEREA(Lieu de leur résidence).Il leur dit que là où s’arrêterait le cheval de chacun d'eux,ce sera pour lui sa ville et pour le restant de sa vie .Le cheval de mon 9ème grand-père qui est SIDI YAHIA CHERIF s’arrêta à Mezghenna dans la région de Tablat. Le cheval de son 1er frère qui est SIDI M’HAMED CHERIF s’ arrêta à Alger- centre.Après sa mort, il fut inhumé dans le cimetière de BELCOURT qui porte, d’ailleurs, son nom.Le cheval de son 2ème frère( SID AMAR CHERIF) ne bougea pas de sa place si bien qu’il restait dans la ville de BOUZEREA .Après sa mort, il fut inhumé dans le cimetière qui se situe dans les hauteurs de cette ville.Le cheval de son 3ème frère (SIDI ABDELAZIZ CHERIF) s’arrêta dans la ville de LAKHDARIA dans la WILLAYA de BOUIRA. En ce qui concerne les 4 frères qui restent , j’ai pas pu identifier dans quels cimetières sont inhumés.
Pour les familles qui descendent des BENI MEZGHANA, ils sont les : LOUNICI – LOUNAOUSSI – KHIAT – ZEGHAR –MEFTAHI ….les familles LARROUSSI sont de la dachera de Guettatâche .Les familles LOUNIS ne sont pas de BENI MEZGHANA .
Les raisons qui m’ont poussé à écrire ce message est de trouver des gens qui peuvent m’aider à retrouver tous les proches de ma famille et particulièrement ceux qui portent le même nom que moi.
La municipalité de Tablat (service état civil ) ne détient aucune information .
Moi, je possède un arbre généalogique et je suis le seul qui en possède une copie . Le temps des recherches que j’ai entamées s’est déroulé entre 1979 et 1988. J’ai recueilli ces informations dans mes recherches et dans les entrevues que j’ai eues avec mes grands- pères paternel et maternel ,avec mon oncle , avec mon père et des entretiens que j’ai faits avec les personnes âgées(chioukh) de Tablat –d’ Alger –d’ Ain Defla –de Bouira -de Constantine et des archives nationales que j’ai consultés.
Je présente mes excuses pour vous; Je voudrais simplement corriger l’ information que tu as.
Mes salutations
__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Bravo pour le travail que tu as fait.C’est vraiment du travail merveilleux ! merci bcp pour tous ces éclaircissements que tu as apportés mais j’ai quelques remarques à faire :
-Sache mon cher concitoyen que l’information concernant les raisons qui ont poussé les Beni Mezghenna à venir habiter sur la rive droite de Oued Isser, dans la région de Tablat, a été relevée du livre d’un historien français et que je n’ai rien inventé mais j'ai rapporté textuellement ce que j'ai trouvé dans le livre de cet historien.Le titre de ce livre est : « Origine et migrations des principales tribus d’Algerie ».L’auteur c’est Carette ( Antoine-Ernest-Hippolyte ).Dans la page 29 , on lit : « …mais les Beni Mezghenna, ses fondateurs( fondateurs d'Alger) ont disparu dans les guerres nombreuses qui ont agité le pays depuis trois siècles, cependant, ils ont laissé leur nom à la montagne qu’ils habitaient dans la partie supérieure du cours de l’Isser… »
- Une chose, aussi ,dont je suis sûr et certain c’est que la famille « Zeghar » n’est pas de Mezghenna mais d’El Hachem.Ils sont venus de Beni Souka ( commune de Deux Bassins ) pour se fixer à Tazaka et ils( Les Zeghar) prétendent que leurs ancêtres sont de Mascara.
-Je pense aussi que les familles « Dif » et « Tayane » descendent , eux aussi , de Yahia,père de Benoubarak.
-Les habitants de la tribu « Thâalba » située à mis distance entre Tablat et Lakhdaria sont aussi des enfants de Sidi Abderrahmane Athaalibi donc ils sont originaires d’Alger autant que les Mezghennaoui.
-Autrefois, tous les habitants de la région de Tablat effectuaient annuellement avant la période des moissons un pèlerinage à Sidi M’Hamed Boukabrine et à Sidi Abderrahmane.J’ai d’ailleurs écrit un article à ce sujet.Je ne sais pas si tu l’as consulté ou non !.
-Il me semble que ta version pour les faits est plus proche de la légende c'est à dire d' un récit fictif d'origine orale faisant appel au merveilleux. Si tu as des documents authentiques sur ton récit , je souhaiterais bien que tu les fasses publier pour rendre crédible ta version des faits sur l'histoire des Beni Mezghenna.
De toute façon , je tiens à te remercier bcp pour tes recherches, recherches qui peuvent mettre les chercheurs sur l’histoire vraie de l'une des tribus qui peuplaient la région de Tablat sur le bon chemin.
Je t’encourage à aller de l’avant dans ton travail.Bonne continuation !
Amicalment
L’administrateur du site : kall.e-monsite.com

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire
 

الصلاة و السلام عليك يا رسول الله

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site